Il veut changer coûte que coûte d’apparence. Le Brésilien Rodrigo Alves veut à tout prix ressembler à Ken, le fiancé de Barbie. Pour cela, il n’hésite pas à dépenser une véritable fortune en chirurgie esthétique. Subir plus de 50 opérations ne lui a pas fait peur.

1. Quand tout ne se passe pas comme prévu

Lors de la dernière intervention qu’il devait subir, un incident de taille s’est produit. Accro au bistouri, Rodrigo a vécu un calvaire. Son visage a fondu en une semaine à la suite d’un lifting du visage, du cou et des yeux. Toutes les interventions ont eu lieu au cours de la même journée.

Voir plus à la page suivante.

À lire aussi : Top 7 des plus gros ratés en matière de chirurgie esthétique.

2. Des cicatrices qui l’obligent à se cacher

Suite à cela, pour tenter de minimiser les dégâts, Rodrigo s’est coupé du monde pendant 5 jours dans un hôtel de Los Angeles. Après avoir posté des photos dignes de films d’horreur, il explique : « Trois jours après qu’on m’ait fait mon resurfaçage au CO2, mon visage a commencé à tomber en morceaux et je ne pouvais sortir au soleil »

Voir plus à la page suivante.

3. Malgré tout, Rodrigo campe sur sa volonté de changer de face

Même si à cause d’une intervention qui aurait pu le détruire à vie et à cause de laquelle il a du annuler sa présence à la fête de charité suite aux Oscars d’Elton John, Rodrigo signe et persiste : « Je me sens bien et je fais tourner les têtes. Les cicatrices ont réduit de moitié et je vais le faire refaire dans six mois. J’aime le résultat. »

Voir plus à la page suivante.

4. Rodrigo et ses déboires

On peut aisément comprendre que le jeune homme ne compte pas en rester là. Et pourtant, il a déjà failli perdre la vie à plusieurs reprises après des injections de silicone dans ses membres afin d’agrandir biceps, épaules, triceps et compagnie. Un de ses bras a gonflé de façon anormale. Mais cela ne l’arrête pas. Quel est votre avis ?

À lire aussi : Elle décide de changer de vie et elle doit passer en chirurgie: L’histoire d’une femme qui a perdu 800 livres!

Source des photos : instagram.com/rodrigoalvesuk